Le philosophe qui n’était pas sage – Laurent Gounelle

9782266234870

Date de parution : 10 Avril 2014

Editeur : Pocket

Nombre de pages : 320 p.

EAN : 9782266234870

Résumé

La forêt tropicale semblait retenir son souffle dans la chaleur moite du crépuscule. Assise devant sa hutte, Elianta tourna les yeux vers Sandro qui s’avançait. Pourquoi ce mystérieux étranger, que l’on disait philosophe, s’acharnait-il à détruire secrètement la paix et la sérénité de sa tribu? Elle ne reconnaissait plus ses proches, ne comprenait plus leurs réactions… Qu’avaient-ils fait pour mériter ça? D’heure en heure, Elianta sentait monter en elle sa détermination à protéger son peuple. Jamais elle ne laisserait cet homme jouer avec le bonheur des siens.

Un roman captivant, plein d’humour, de sens et de suspense. Une histoire surprenante qui cache une subtile remise en cause de notre société.

Mon avis

J’ai commencé à lire Laurent Gounelle avec Les dieux voyagent toujours incognito. Selon moi, c’est le meilleur de ses trois premiers ouvrages puis je suis retourné en arrière pour lire L’Homme qui voulait être heureux, petit livre court et assez agréable, sans grandes ambitions.

Le problème majeur de ce nouveau livre, Le philosophe qui n’était pas sage, c’est bien ça : il est beaucoup trop ambitieux ! Une histoire en Amazonie, pourquoi pas, mais dès que Sandro (le personnage principal) arrive dans cette forêt amazonienne, j’ai senti directement que quelque chose clochait.

Il manque de détails réels, de détails qui permettent de s’immerger dans cette forêt qui semble le retenir prisonnier. Le texte fourmille de description de la végétation mais je ne souhaitais pas lire une longue suite de haïkus, je voulais lire un roman quasiment d’aventure. Je suis resté en dehors de l’histoire du début à la fin en me disant « mais pourquoi cela se passe comme ça ? »… Une incompréhension gênante à créer un voile de désintérêt devant mes petits yeux de lecteurs. C’est dommage car j’avais placé, encore une fois, beaucoup d’espoir dans ce livre. Je voulais m’évader avec des personnages hauts-en-couleurs, avec des situations improbables et je souhaitais me laisser guider par cet auteur qui me plaît… Malheureusement je n’ai pas même décollé de quelques centimètres du plancher des vaches, elles sont d’ailleurs si loin dans cette histoire….

Quant au style, je n’ai pas retrouvé le côté psychologique qui émanait du très bon Les dieux voyagent toujours incognito. Par moment, j’ai eu l’impression que l’auteur tirait sur des ficelles énormes pour entretenir un certain suspens qui se veut psychologique. De grosses incohérences dans l’écriture de Gounelle : des grossièretés inutiles, des monologues quasi mystiques et surtout des personnages clichés mais alors très très clichés (un ancien militaire tyrannique, des indiens crédules, un philosophe en sommeil…) Par moment, j’ai eu l’impression de lire de la littérature jeunesse qui amplifie et abuse de ressorts impossibles.

Dans tout cela, il faut relever un revirement de situation qui était bien venu à ce moment du texte, une fin plus ou moins crédible et surtout une lecture simple et rapide… OUF ! Le nouveau Gounelle est déjà sorti, Le jour où j’ai appris à vivre, je ne suis pas rancunier (en tout cas pas en littérature) je vais donc me le procurer et à très vite pour la critique de ce livre… 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s