L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage – Haruki Murakami

l-incolore-tsukuru-tazaki-et-ses-annees-de-pelerinage-479584-250-400

Date de parution : 4 Septembre 2014

Editeur : Belfond

Nombre de pages : 384 p.

Résumé

Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d’université jusqu’au mois de janvier de l’année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort. À Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L’un, Akamatsu, était surnommé Rouge ; Ômi était Bleu ; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur. Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études ; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu’ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n’en a pas cherché. Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n’aurait pas encore compris qu’il était mort.

Il est devenu architecte, il dessine des gares. Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l’intrigue mais elle le sent hors d’atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n’est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. À Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle.

Pourquoi ce livre ?

J’ai toujours été attiré par les livres de Murakami. Dans les allées des magasins et des librairies, j’ai toujours vu du coin de l’œil notamment 1Q84. Je n’ai jamais cherché plus loin que ces couvertures simples aux couleurs pastels… Avec la sortie en fin d’année 2014 du livre, au titre à rallonge, L’incolore Tzukuru Tazaki et ses années de pèlerinage, je me suis dit c’est le moment. Le résumé m’a laissé entrevoir tout un tas de scénarii qui me plaisaient bien… Alors allons-y !

Ma lecture

Je me suis lancé dans cette lecture avec un gros a priori (que je ne peux pas expliquer) : je pensais que le style de cet écrivain allait être exigeant et volontairement complexifié. J’ai pu, dès les premières pages, exorciser cette mauvaise idée. C’est bien le contraire, tout est très fluide, les chapitres voguent à grande vitesse sans ressentir aucune gêne de lecture. Toujours sur le commencement du livre, j’ai aimé cette longue phase de présentation qui, même si elle tire un peu sur nos neurones sur la fin, donne suffisamment de clé pour comprendre l’intrigue mais pas assez pour rester dans un suspens palpable.

Le reste du roman oscille constamment entre les aventures actuelles de notre héros Tzukuru, ses réflexions personnelles et quelques flashbacks pas toujours très utile et pas toujours très bien senti dans l’intrigue. Le roman prend un vrai tournant lorsque (aucun spoiler) Tzukuru pars à la recherche de ses anciens camarades de lycée. Personnellement j’étais vraiment dans ses pas, l’écriture de Murakami m’a réellement permis de me sentir concerné par ses doutes mais aussi par ses maigres espoirs. Le terme important pour résumer cette histoire, c’est un voyage initiatique. Un voyage à l’intérieur de son propre être, un voyage dans son passé douloureux mais aussi un voyage pour préparer un meilleur avenir. Tout un programme en somme.

Au-delà de l’histoire, l’auteur dresse un portrait type d’habitant de Tokyo et pointe du doigt l’individualisme volontaire ou forcé des tokyoïtes, refermé sur eux-mêmes. On voyage tout au long du roman, un voyage du corps (Finlande, plusieurs villes japonaises..) mais aussi de l’esprit. C’est l’esprit torturé et relâché à la fois du personnage principal qui dicte le rythme de la lecture et du livre dans sa globalité. Au milieu de tout cela, il y a bien une petite place pour une histoire d’amour et Murakami en profite pour introduire un autre personnage qui semble, elle aussi, être une personnalité extrêmement compliqué et mystérieuse. Je suis resté sur ma faim de ce côté-ci… Place à l’imagination.

Je suis très content de cette lecture, qui au final m’a pris pas mal de temps, mais je suis ravi d’avoir rencontré Murakami et son univers bien particulier. Comme souvent, j’ai maintenant envie de lire d’autres ouvrages de l’auteur et notamment 1Q84

Publicités

Une réflexion sur “L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage – Haruki Murakami

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s