Ocean Park – Ludovic Debeurme

l-igloo-du-pacifique-9782362790799_0

Date de parution : 23 Janvier 2014

Editeur : Alma Editeur

Nombre de pages : 213 p.

Résumé

Deux frères. L’un multiplie compulsivement les aventures sexuelles, tel un chasseur nocturne. L’autre, SDF et psychotique, s’invente un monde parallèle sous une tente igloo.

À peine sortis de leur enfance, les deux frères ont été abandonnés par leurs parents. Le père, toutefois, se manifeste auprès du premier fils et lui annonce la maladie incurable de la mère. Le garçon quitte alors Paris pour les États-Unis à la recherche de son frère et de sa tente igloo. Ils parviennent tous deux dans une île du Pacifique, forteresse où leurs parents se sont réfugiés loin du monde et de la réalité.

Avant-propos

Je suis tombé totalement par hasard sur cet ouvrage. En effet, j’étais à la recherche d’une nouveauté pour la rentrée littéraire et j’espérais encore trouver la perle rare. Après de longues minutes d’errements entre les rayons, je m’arrête devant ce titre : Ocean Park. Dans mon esprit, ces deux mots libèrent instantanément un parfum d’Amérique et de paysages nord-américains et il faut avouer que j’adore ça.

Malgré le fait (très intéressant) que la FNAC mette ce livre en avant, je ne connais pas l’auteur et l’éditeur me dit vaguement quelque chose… A la lecture du résumé, je suis directement emballé et je n’hésite pas plus longtemps ; d’autant plus que l’objet en lui-même est réellement agréable : une belle matière, de belles couleurs et un format pas très conventionnel. Tout ce qu’il me fallait et tant pis pour la rentrée littéraire !

Passons aux choses sérieuses…

Je m’attends donc à une histoire de famille, certes un peu déjantée mais rien de transcendant. Dès les premières lignes, je me pose des questions : on commence par la fin ? Quelle est cette situation de départ ?

Bref, je suis un peu perdu et je dois avouer que j’aime ça. Plus simplement, on suit tour à tour les aventures des deux frères. Le petit frère qui recherche le grand, le petit raconte l’histoire commune de leur vie pendant que le grand s’en construit une nouvelle. Ce changement de narrateur est très intéressant à la lecture même si cela crée une certaine difficulté pour réellement se sentir concerné par cette histoire, par leur histoire.

Une autre question m’a taraudé l’esprit tout au long de la lecture : je suis face à une histoire réelle (et possible), une fable ou autre chose de non-identifié ? Pour moi la distinction est importante et plusieurs indices laissent penser à l’une ou l’autre des possibilités. Ma lecture en a été quelque fois un peu chamboulée (petite nature que je suis !).

Ce qui apparaît clairement dans ce livre, c’est la volonté de sonder une enfance chamboulée, malmenée et créatrice de ce futur laborieux. Le petit frère n’hésite pas à souvent être le conteur d’un passé douloureux et étrange. Cette enfance sera finalement une sorte de ciment qui fera que les deux frères partiront dans un voyage initiatique pour retrouver leur parent sur une île déserte et coupé volontairement du monde. Deux frères que tout oppose depuis la fin de leur jeunesse : l’un est à Paris et multiplie les expériences sexuelles et stupéfiantes, l’autre voyage à travers le monde pour trouver la forêt qui ferait de lui un homme comblé notamment… Nous avons d’un côté un citadin qui m’a laissé une impression de salissure et de morosité à travers sa vie nocturne qui tourne en rond mais dans un cercle vicieux… De l’autre côté le besoin d’espace et de vie, la tente et le strict nécessaire pour survivre ; une vie de SDF à première vue la vie voulue selon lui. Et puis le lien dans tout ça, c’est la mère qui se meure et qui souhaite voir ses enfants une dernière fois. Sans savoir pourquoi, le petit accepte et va chercher le grand au bout du monde. Tout m’a paru si simple pour eux alors qu’il suffit de faire appel à la volonté et à ses instincts les plus profonds pour trouver un sens à ce que l’on fait…

Beaucoup de poésie et de mystère dans ce premier ouvrage d’un auteur de BD connu et reconnu. C’est à nous d’inventer les images cette fois-ci et pour moi cela a été vraiment stimulant peut être que d’autres trouveront ça trop plat… Le mal de tête littéraire ne m’a pas quitté tout de suite après avoir fermé le livre : beaucoup de questions restent suspendues à mes lèvres mais je pense bien que c’est le but. C’est une réflexion sur la vie actuelle, sur les relations familiales et c’est à moi de trouver ce que je souhaite en retirer…

Pour conclure une belle découverte, une lecture rapide et un style intense qui m’a plongé dans un univers connu mais à la fois extrêmement étrange et mystérieux. C’est une pause poétique moderne qui pourrait ravir plus d’un lecteur curieux !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s