Last hero Inuyashiki, tome 1 – Hiroya Oku

last-hero-inuyashiki-1-ki-oon

Date de parution : 10 septembre 2015

Éditeur : Editions Ki-Oon

Nombre de pages : 224p.

Résumé

À 58 ans, Ichiro Inuyashiki est loin d’être un modèle pour ses enfants. Vieux avant l’âge, méprisé de tous, il a vécu toute sa vie en employé de bureau minable et n’a pour toute amie que sa chienne Hanako. Comme si cela ne suffisait pas, on lui diagnostique un cancer en phase terminale lors d’un examen de routine… C’en est trop pour le pauvre vieillard. Alors qu’il pleure de désespoir dans un parc en pleine nuit, une lumière aveuglante apparaît… et c’est l’impact !
À son réveil, étendu dans l’herbe, Inuyashiki n’est plus le même. Il a été transformé en cyborg surpuissant, libre de faire ce qu’il veut de ses nouveaux pouvoirs, le meilleur comme le pire. Et il n’est pas le seul dans ce cas…

Mon humble avis

N’étant pas un grand connaisseur de l’univers du manga, j’aime me balader entre les rayons et découvrir grâce au fruit du hasard des nouvelles œuvres. Il y a quelques temps, j’ai flashé sur la couverture de celui-ci Last Hero Inuyashiki. Sur cette seule, couverture, j’ai su que ce manga me plairait. Encore une fois, je ne suis pas un spécialiste mais j’apprécie cette lecture, j’aime ce changement de culture et cette évasion que provoque ces dessins toujours très soignés. Je dois bien avouer qu’il n’est pas resté longtemps sur mon étagère avant que je le commence..

Le premier coup d’œil rapide, en feuilletant les pages, m’a laissé entrevoir le genre de coups de crayon que j’apprécie particulièrement. Des traits clairs, réalistes et très détaillés. Le résumé parle d’un homme banal qui devient héros. Tout en ayant l’intrigue assez habituel des mangas, cet ouvrage semble traité de la société japonaise dans un plus grand ensemble. Et, je dois avouer, qu’avec la lecture de ce premier tome, je ressens déjà pointer la critique d’une société individualiste, basé sur le succès. Dès les premières pages, on oublie le côté « super-héro » qui nous a été vendu en résumé pour l’émotion que suscite ce personnage : Ichiro Inuyashiki. Un père de famille plus ou moins rejeté par ses enfants et menant une petite vie sans éclat. Évidemment la mise en place de l’histoire est très bien faite et prend tout ce tome 1. Je vais me jeter dès que possible sur le tome 2 de cette histoire qui m’a parfaitement retenu en haleine. Une très belle découverte, due au hasard et qui m’enthousiasme déjà.