Epicure en Corrèze – Marcel Conche

epicure-correze

Date de parution : 2 juin 2016

Éditeur : Editions Gallimard ( collection Folio)

Nombre de pages : 192p.

Résumé

Marcel Conche a fait sienne la philosophie dépouillée d’Épicure : la voie du bonheur passe par la réalisation des désirs naturels et nécessaires, et le dédain des désirs vains. Alternant souvenirs d’enfance, chronique du monde paysan au début du XXe siècle, évocations de ses amours et réflexions philosophiques, il nous offre ici une lumineuse leçon de vie et de sagesse.

Mon avis !

Pour commencer, je tiens à remercier les Éditions Gallimard, à travers la collection Folio , pour ce livre qui a été une agréable découverte pour moi. Je remercie aussi le site Livraddict.com qui m’a permis de réaliser ce premier partenariat.

Je n’avais jamais lu d’ouvrage de Marcel Conche avant Épicure en Corrèze. J’ai été principalement attiré par l’aspect philosophique tout en étant ancré dans la réalité de la vie, la réalité d’un petit village de Corrèze. A première vue, j’avais la sensation de tomber sur un ouvrage de vulgarisation philosophique qui essaierait d’expliquer la pensée épicurienne agrémenté par des petites touches de ruralité. Finalement, ce livre ressemble à une auto-biographie sélective. L’auteur nous expose les moments de sa vie, de son enfance et de ses relations avec le monde extérieur tout en gardant un lien avec une certaine vision épicurienne des choses.

Pour ceux qui souhaite obtenir une description conceptuelle de la pensée du philosophe grec, il faut passer son chemin. Ici nous recevons par petites touches des clés de compréhension, des points de comparaison et des exemples concrets de ce à quoi peut ressembler une existence selon Épicure, de nos jours. C’est un angle intéressant sans être réellement transcendant.

Un autre grand philosophe reçoit, tout au long du livre, les faveur de l’auteur : Michel de Montaigne. Plusieurs passages des fameux Essais, sont disséminés ci et là pour créer un chemin de pensée, entre les univers, de ce dernier et d’Épicure, afin de former une philosophie propre à Marcel Conche. D’autres auteurs et philosophes classiques sont évoqués au cours des 177 pages de ce petit manifeste. C’est grâce à ce tout, que l’on se rend compte de la complexité intellectuelle qui anime l’auteur.

N’oublions pas les petites histoires de vie, les moments d’enfance, la communion avec la nature avec l’arbre comme totem d’une philosophie de la nature ainsi que les rencontres qui ont forgé notre homme et de petit livre dans un second temps.

Pour conclure, j’ai apprécié me plonger dans cette vie qui prend sa source dans les confins de la Corrèze. Peut être que je m’attendais, moi aussi, à plus de vulgarisation et un peu moins de récit autobiographique mais la lecture est restée riche et agréable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s