Baudelaire – Jean-Baptiste Baronian

a30965

Date de parution : 5 octobre 2006

Éditeur : Editions Gallimard (collection Folio biographies)

Nombre de pages : 272p.

Résumé

«Toutes les beautés contiennent, comme tous les phénomènes possibles, quelque chose d’éternel et quelque chose de transitoire, – d’absolu et de particulier. La beauté absolue et éternelle n’existe pas, ou plutôt elle n’est qu’une abstraction écrémée à la surface générale des beautés diverses. L’élément particulier de chaque beauté vient des passions, et comme nous avons nos passions particulières, nous avons notre beauté.» 
Charles Baudelaire (1821-1867) reste une des personnalités les plus contradictoires de l’histoire de la littérature. Novateur dans sa poésie et dans son approche de l’art et de la musique, défenseur farouche de la liberté des mœurs, il dénigre le progrès et méprise le peuple. Sa vie, à la fois fastueuse et misérable, dissolue et magnifique, pitoyable et éblouissante, est celle d’un paria de génie.

Et donc ?

Comme un coup de fusil, j’ai décidé, sans semonce, de me lancer dans l’histoire et la vie de Charles Baudelaire. Etant grand amateur de la poésie du « Prince », j’ai souhaité comprendre le processus de création en rapport avec son parcours.

Je n’avais jamais lu quoi que ce soit auparavant et ma surprise en a été que plus grande. On apprend au fil des pages que Baudelaire est un homme plein de contradictions. Homme changeant souvent de mode de vie et d’opinion, il participe à la grandeur de ce siècle sans en récolter tous les fruits. Il ne faut pas s’attendre à des révélations fracassantes ou à des anecdotes extraordinaires, la vie de Baudelaire, mis à part ses amis et ses rencontres incroyables, est celle d’un artiste moyen du XIXème. On en apprend un peu plus sur le fameux procès qui a opposé l’auteur avec « Les fleurs du mal » et les bonnes mœurs de l’époque.

Concernant le style de l’auteur, j’ai eu une lecture très agréable, fluide et bien organisée pour ressentir l’essentiel sans en faire de trop. Beaucoup de citation, de références bibliographiques et de mots bien sentis donnant une impression de contemporanéité.

Maintenant j’ai envie de lire d’autre biographie, de connaître la vie d’autre artiste du XIXème siècle, d’en découvrir toujours plus sur ce siècle et je pense avoir trouvé ma prochaine cible avec Delacroix, peintre adoré de Baudelaire… logique non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s