Monsieur Origami – Jean-Marc Ceci

p1090670

Date de parution : 25 août 2016

Éditeur : Editions Gallimard

Nombre de pages : 160p.

Résumé

À l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une ruine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du washi, papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, Casparo, un jeune horloger, arrive chez Kurogiku, devenu Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivée bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé. Les deux hommes sortiront transformés de cette rencontre. Ce roman, d’un dépouillement extrême, allie profondeur et légèreté, philosophie et silence. Il fait voir ce qui n’est pas montré, entendre ce qui n’est pas prononcé. D’une précision documentaire parfaite, il a l’intensité d’un conte, la beauté d’un origami.

Ce que j’ai pensé

Après avoir fait deux articles sur la Rentrée littéraire 2016, il faut bien faire un petit bilan de mes lectures sur cette thématique. Et je ne pouvais pas commencer par un autre livre que celui-ci. Autant briser le suspense dès le début, j’ai rarement été aussi emballé par un roman. La lecture m’a demandé à peine une heure mais maintenant encore, plusieurs semaines après, je reste chamboulé par cette expérience.

 
Monsieur Origami, raconte l’histoire d’un vieil homme venu tout droit du Japon. Son activité quotidienne repose sur la fabrication puis l’utilisation de feuille pour l’art de l’origami. Derrière cette intrigue de façade, ce personnage questionne de manière simple et douce sa vie, la vie et les relations humaines. Ce dernier va faire la rencontre d’un jeune homme en quête de sens mais aussi et surtout de compagnie. Cette amitié extrêmement pudique va nous entraîner dans une aventure incroyable. 


L’écriture ultra épurée et la mise en page en forme « haïku » rajoutent de la légèreté à notre lecture. On peut penser que la forme domine sur le fond pour cet ouvrage mais c’est une erreur de penser cela. L’un s’accompagne de l’autre avec perfection. J’ai ressenti comme un sentiment de liberté en lisant ces quelques pages. Comme si les mots me sortaient du quotidien pour atterrir dans un monde parallèle, léger et frivole. Au final, il n’y a pas énormément à dire sur Monsieur Origami, il faut juste savourer cette petite bulle dans la masse de livre de la Rentrée littéraire 2016.

Publicités

2 réflexions sur “Monsieur Origami – Jean-Marc Ceci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s